AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Look at the stars in this closed house { Dexter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Cassandre S. Lipovsky

Zénith Déléguée


Messages : 138
Date d'inscription : 19/12/2013

Carte Etudiant
Statut sur le forum: Actif
Don: Pulsion & Sentiments
Nombre de points: 142

MessageSujet: Look at the stars in this closed house { Dexter   Mer 21 Mai - 20:39



Pour une fois ça ne commencerait pas de la même façon. Ce n'est pas ta dérive après beaucoup trop de verres, ce n'est pas toi te donnant en spectacle. Ce n'est pas non plus le milieu de la nuit, les après midis trop longues, les entre deux à se préparé. C'était un matin, un mercredi. Tu n'avais pas cours, personne n'avait cours, mais c'était parfait pour ce que tu voulais faire. Tu t'étais levée en avance. Il devait être six heures, et tu n'avais pas passer ton quart d'heure habituel devant le miroir à te faire sortable. Tu avais seulement mis du beurre de cacao sur tes lèvres et un simple trait d'eye-liner sur ta paupière. Tu avais enfilé un vieux jean un peu trop usé, un Tshirt qui ne mettait pas ta poitrine en valeur. Tes cheveux avaient été négligemment relevés sur ta tête. Quelques mèches encadraient ton visage. Tu attrapas très rapidement ton vieux sac à dos. Bizarrement, tu étais en forme, sans avoir mis plus de temps pour te lever qu'un jour de noël étant gamine. Tu t'étais juste coocoonée dans tes draps deux minutes après que ton téléphone aie vibrer pour te réveillé. Sans râler. Sans faire de bruit. Et tu t'étais évadée, faisant attention de ne pas claquer la porte.

Tu passas deux portes près de là, tapant à la porte de ton co-délégué. Pourtant ce n'était pas lui que tu venais voir. Pas aujourd'hui en tout cas. Tu étais venue pour son colocataire. En fait, le revoir lors de la chasse au trésor t'avais fait te rendre compte à quel point tu te sentais mal qu'il t'évite, te fuis. Et tu avais ressenti le besoin de le revoir. Mais tu ne venais pas frapper à sa porte avant même que le soleil soit levé sans même y avoir réfléchit. Tu attendis quelques instants. Il y avait cette sorte de bouillonnement en toi. Une adrénaline un peu moins forte que celle que tu ressentais alors que ton coeur battait au rythme des basses qui te vrillaient parfois le tympans, un peu plus douce que celle qui précédait l'excitation des choses interdites. La porte s'ouvris. Ton coeur rata un battement. Tu pensais que c'était un instant décisif. Pas qui changerait ta vie, seulement ton présent.

Tu dessinas un sourire sur tes lèvres, timide. Et au final tu réalisais que tu ne devais ressembler à rien, sans tous tes artifices, sans tes tops moulants, ton rouge provocateur, tes talons hauts. Et tu sentais un brin de honte monter en toi. Tu n'avais pas ressentis ça depuis presque quatre ans. Vérifiant qu'il était habillé, tu lui demandas de te suivre sans poser la moindre question. Qu'une fois arrivé, il pourrait repartir aussitôt. Que tu voulais juste qu'il te suive cinq minutes. Juste cinq.

C'est comme ça que sans un mots vous sortirent du pavillon, rentrant dans le manoir, montant dans les combles, là où habituellement seuls les membres du personnel avaient le droit d'entrer, ou pour l'un d'entre vous qui avait une autorisation de l'un de ceux-là. Tu te dirigeas au fond du couloir, sans l'attraper par le poignet comme tu aurais pu avoir tendance à le faire. Tu poussas la porte et le fit entrer.

Il faisait encore sombre. Aucune lumière ne filtrait parce qu'il faisait encore nuit. Tu te dirigeas vers les deux fenêtres pour vérifier que les rideaux étaient bien tirés avant de revenir vers l'entrée, appuyer sur l'interrupteur.

A la place de neon, le plafond se transforma en ciel d'été en campagne, le plancher se recouvrit par endroit d'herbe fraîche alors que les armoires et tables présente dans la pièce étaient resté là, recouvertes de lierre. Comme un maison à ciel ouvert.

Il fallait que ce soit le matin, juste pour qu'il ne soit pas encore bien réveillé. Juste pour que la magie de cette salle puisse vraiment agir. Pour que l'imagination fasse tout le reste, que le réel soit lâché sur le pas de la porte. Ca n'avait rien de rendez-vous. Mais tu t'étais dit que s'il ne voulait pas te parler, tu pouvais lui faire voir ce qu'il y avait dans ta tête.

Tu t'assis au centre de la pièce, levant la tête vers ce non plafond. Et tu as envie de lui dire « Tu vois, je ne suis pas qu'une trainée. » Mais le silence fait mieux que toi alors tu ne dis pas un mot.





[HS : Si le moment où Cassandre traîne Dexter ne te conviens pas, tu me dis, je changes.]

_________________




« The mirror's image, it tells me it's home time, but I'm not finished, 'cause you're not by my side.
Somewhere darker, talking the same shite, I need a partner, well are you out tonight ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dexter W. Chessmann

Zénith


Messages : 64
Date d'inscription : 03/01/2014

Carte Etudiant
Statut sur le forum: Actif
Don: Macabre Marionettes
Nombre de points: 43

MessageSujet: Re: Look at the stars in this closed house { Dexter   Ven 23 Mai - 1:04


Tu dormais encore, lové dans le confort de ta couette bien moelleuse. Ce mercredi, comme tous les mercredis, tu en profitais pour faire une mini grasse-matinée. Du moins c’est ce que tu avais prévu. Tu avais plus ou moins rangé le sol avant de te coucher d’ailleurs, pour permettre à Gabriel de sortir de la chambre sans te crier que ton jean sur le sol c’était –encore une fois- coincé dans ses roues.

C’était un mercredi comme les autres à somnoler au lit jusqu’au premier SMS de Drago qui exigerait ta présence. Par ce que dorénavant, les choses avaient changé. Tu voyais tout d’un autre angle et ta sœur aussi. Mais toujours pas l’un sans l’autre. Elle était maintenant plus égoïste que jamais. Il te fallait venir, à tout moment. Elle attendait presque de toi que tu quittes ton cour sur le champ pour la rejoindre. Des caprices. Mais des caprices que tu lui passais, pour lesquels tu ne pouvais lui en vouloir. Alors chaque mercredi tu priais pour qu’elle dorme un peu plus longtemps que le précédent.

Mais cette fois c’est peine perdue. Une légère tape à la porte te réveille. Tu enfiles un pantalon et un t-shirt, ton portable encore dans la main. Tu t’étais encore endormi avec la veille. Tu entrouvres la porte pour voir la personne qui a l’indécence de frapper à une heure pareille. Tu te figes un instant. Dans le sommeil qui embrouille encore tes yeux, tu n’es pas certain de vraiment reconnaitre Cassandre. Tu restes muet en la détaillant des yeux. Elle n’a pas la majesté habituelle, l’espère d’air hautain que son maquillage lui étale sur le visage. Elle est simple, légèrement maquillée et à peine coiffée. Tu ne peux t’empêcher de sourire intérieurement car malgré tout, malgré l’heure, elle n’a pas tout à fait renoncé au maquillage. Son trait d'eye-liner trahissait une certaine préparation, même minime.

Au final, même sans ça, même comme ça, elle ne de déplait pas. Malgré le jean un peu vieux et le t-shirt qui couvre son habituel décolté dans lequel aucun mec ne se privait de plonger le regard. Elle est belle, et tu ne l’aurais jamais avoué à voix haute.

Elle te demande de la suivre et sans trop y réfléchir ni même l’écouter tu obéis. Son air presque sérieux et son entorse aux atouts habituels t’ont déjà convaincu avant ses mots. Tu la suis en silence. Tu ne te poses pas de questions Tu as la tête trop embrouillée par le sommeil. Tu ne sais pas ou elle t’emmène. Elle te fait entrer dans une pièce qui ne paye pas de mine Pourtant quelques minutes après celle-ci change du tout au tout. Le décor passe du poussiéreux au bucolique. Ce qui arrive à te tirer un clignement d’œil, à peine. Cassandre s’assoit et tu la rejoins en silence. Tu ne sais pas trop ce qu’elle veut mais tu imagines. Tu inventes. Tu t’allonges finalement sur l’herbe et soupires.

Vous laissez le silence s’installer. Tu passes un moment à fixer le ciel avant de baisser ton regard vers Cassandre. Tu te retiens de rendre une main pour attraper une mèche de cheveux qui se ballade mais le mouvement de ton bras te trahis un peu. Tu la fixes sans gène, comme si elle ne pouvait pas te voir puis tu brises le silence presque trop brutalement.

- Il t’arrive souvent de venir réveiller les gens si tôt un mercredi matin ? Tu es tombée sur la tête ?

Tu lui décroche un petit sourire, histoire qu’elle comprenne que ça n’est pas tant un reproche qu’il parait.

- Le matin te rends poétique ?


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre S. Lipovsky

Zénith Déléguée


Messages : 138
Date d'inscription : 19/12/2013

Carte Etudiant
Statut sur le forum: Actif
Don: Pulsion & Sentiments
Nombre de points: 142

MessageSujet: Re: Look at the stars in this closed house { Dexter   Ven 23 Mai - 12:30



Le fait qu'il ait accepté de te suivre était une chose qui te suffisait en soit. Tu n'avais absolument rien calculé d'autre, à part cette pièce. Tu l'avais découverte lors de tes insomnies passées au dernier étage, tu t'échappais souvent de la chambre, ne faisant pas le moindre bruit, et un jour d’errance tu avais atterris ici. Ca avais été la bonne découverte. La chose qui te plaisait le plus, ici en Suisse. Le bois façonné qui se recouvrait de végétaux, comme si l'on tombait dans le trou d'Alice. Comme si cette pièce était le passage entre deux mondes. Tu avais mis beaucoup de temps, à comprendre exactement comment fonctionner cette pièce. Et à vrai dire elle continuait de te surprendre, par son côté aléatoire. Et aujourd'hui, tu te doutais qu'elle serait encore plus capricieuse que d'habitude, comme si elle était une gamine, puisque tu n'étais pas toute seule, alors pour peu que ton invité ne demande, désires quelque chose trop fort, chaque petit recoin de cette salle pourrait se transformer avant même que tu ne comprennes.

Il vient s'allonger à côté de toi. Tu ne le regardes pas poser sa tête sur cette herbe imaginaire. Ce serait lui porter bien trop d'attention. Ce serait trop explicite pour votre relation basées sur des gestes sans paroles, des faux fuyants sans explications. Tu sens son regard dans ton dos, sur ton côté, alors que tu continue de fixer les étoiles, puis sa voix vient te ramener à quelque chose d'un peu plus réel. Alors tu te tourne vers lui, esquisses un demi sourire, un sourcil un brin relevé. Dans le vrai, t'aurais jamais imaginé un rencard comme ça, encore moins avec Chessmann.

    « Ou sinon je l'ai toujours été et c'est bien caché sous tout le fard à paupière que je porte. »


Tu décoches un sourire avant de t'allonger à côté de lui, relevant un bras pour le passer sous ta tête. Tu blagues sur ta coquetterie, parce que tu le sais, que grâce à tous ces artifices ont te qualifie de belle, mais tu sais aussi que d tmps en temps tu voudrais sortir, sans même ton trait de crayon. Auquel cas on penses que tu es malade. On a pris l'habitude de te voir pouponnée comme une princesse, maquillée comme une actrice de Holywood. Alors tu ne déçois pas ton publique qui t'insulte, tu te pares de tes plus hauts talons, de tes plus belles dentelles.

A vrai dire, tu ne sais pas du tout quoi dire. Tu avais plus ou moins prévu qu'il parte, te trouve ridicule. Parce que même si tu affiches en toutes circonstance la plus grande des assurances, ce n'est que rarement vrai. Si l'on fouille ton sac, on y trouve trois madeleines au chocolat noir et ton aquarelle ainsi qu'un petit carnet. Si l'on fouille bien, on voit que ton plan de secours pour ne pas paraître trop démunis est caché dans ton vieux sac à dos.

    « Quand je m'allonge ici, je sais jamais s'il est cinq heures le matin, vingt trois heures le soir ou deux heures la nuit. Et je m'y enferme tellement longtemps que parfois je ressors, en ayant raté ma journée de cours, et je retombe sur la nuit, la vraie, avec un vent bien plus frais. »


Et tu trouves ça fantastique. La nuit dans tous ces états. La nuit folle, où tu danses, la nuit calme où tu penses. Tu trouves ça fantastique. d'être tellement bien dans un endroit, de le garder pour toit, et de tout y oublier.




_________________




« The mirror's image, it tells me it's home time, but I'm not finished, 'cause you're not by my side.
Somewhere darker, talking the same shite, I need a partner, well are you out tonight ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dexter W. Chessmann

Zénith


Messages : 64
Date d'inscription : 03/01/2014

Carte Etudiant
Statut sur le forum: Actif
Don: Macabre Marionettes
Nombre de points: 43

MessageSujet: Re: Look at the stars in this closed house { Dexter   Sam 19 Juil - 19:34


Tu ne sais pas quoi faire, ni quoi dire. Au final tu es un peu mal à l’aise. Tu hésites à te laisser aller à quelques gestes tendresse. L’ambiance t’en donne presque envie mais tu as peur que ça soit déplacé, que tu paraisses stupide. Rien de pire que cette ambiance un peu tendue, entre le semi-romantisme et la gêne. Mais peut être qu’au final l’ambiance se suffit à elle-même. Surement qu’elle vous résume tous deux, ainsi que votre relation. Le silence, la gêne et quelque part, caché dans un coin le désir. Avec la nuit qui veille sur vous puisque le jour n’en sait rien. Tes yeux retombent sur les étoiles factices qui tapissent le plafond. Tu entends vaguement la réponse de Cassandre qui s’allonge ensuite à tes cotés. Tu te décales un peu, de peur de la toucher. Comme si le moindre contact pouvait être dangereux pour toi. Comme s’il allait réveiller en toi quelque chose dont tu ne veux pas étendre aux yeux de tous. Et surtout pas aux yeux de la jeune femme.

Tu tournes quand même la tête vers elle. Même sans maquillage el te plait. En tout cas une petite voix dans ta tête ne cesse te le répéter. Tu aimerais la bâillonner cette petite voix, car elle a beau se répéter tu ne le diras pas même pas dans un soupir, même pas dans un murmure.

Peu à peu tes yeux se ferment et quand Cassandre ouvre la bouche tu sursaute presque. Mais tu garde les yeux clos. Tu l’écoutes attentivement mais plus le son de sa voix que le sens de son discourt. Il te faut donc quelques minutes avant de saisir ce qu’elle te raconte. La nuit. La nuit et ses étoiles qui vous épient et qu’elle fait parfois durer toute la journée. D’une certaine façon tu la comprends. Tu pourrais retourner ici toi aussi, et y perdre quelques heures voir une journée. Tu te demandes ce que donnerait la pièce si elle se mettait à ta disposition. Que revêtirait-elle pour toi, cette pièce si particulière ?

Tu rouvres les yeux et soupire, tournant à nouveau la tête vers Cassandre. Tu tends finalement un bras pour toucher légèrement ses cheveux.

- Bon, Alors imaginons que ton fard à paupière et ton mascara masquent ton coté poétique d’habitude. Je veux bien te croire mais pourquoi moi et pourquoi ce matin ?

Tu parles bas, chuchotes presque. Comme si parler trop fort briserait l’ambiance ou que quelque pourrait vous entendre. Peut être que c’est le cas …



Dernière édition par Dexter W. Chessmann le Dim 20 Juil - 16:44, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre S. Lipovsky

Zénith Déléguée


Messages : 138
Date d'inscription : 19/12/2013

Carte Etudiant
Statut sur le forum: Actif
Don: Pulsion & Sentiments
Nombre de points: 142

MessageSujet: Re: Look at the stars in this closed house { Dexter   Sam 19 Juil - 23:39



Ton visage baigne dans la lueur de cette lune artificielle. Juste assez pour vous distinguer. Comme dans une nuit d'été. Tu as partager ton secret, jardin d'eden avec un toit et une porte de bois. Tu as partager cette salle. Qui parfois, dans les pires moments de déprime se transforment en dessous d'escalier où tu t'enfermais pour peindre. Mais pas aujourd'hui. Pas aujourd'hui. La vie est bien trop belle pour ça. Pas ce matin. Il ne faudrait pas qu'il découvre les parties détruites cachées en toi.

Et tu frémis lorsqu'il effleure tes cheveux étalés sur le sol. Tes yeux clignent, mais tu ne tourne pas le visage. Avalant tout ce qui te passe par l'esprit à ce moment là. Pourquoi es tu si vulnérable ? Cela fait un mois. Peut-être deux. Où tu te sens terriblement seule. Terriblement faible. Depuis cette nuit passée, où tu fais comme si plus rien n'existait. Cette solitude qui t’enchaîne. Comme des remparts dans ton corps. Comme si tu ne pouvais pas crier à quel point tu avais besoin d'aide.

Mais tu viens de le faire.
En allant le chercher. En ce matin trop tôt. En cette tenue trop simple.
Et il a répondu.
Avec ses doigts dans tes cheveux.

Il y a une esquisse de sourire au coin de tes lèvres. Qui jouent entre elles. Le temps que tu trouve tes mots. Heureusement il ne te verra pas rougir. Tu en es assez heureuse. Cassandre, Cassandre. On ne dirait pas toi, la catin. Cassandre, Cassandre. On dirait presque que tu es une fille bien.

Toujours en regardant ton ciel, machinalement ta langue passe sur tes lèvres. Comme pour laissait glisser tes explications. simple justifications demandées. Un peu vraie. Un peu volatiles.

    « Ce matin parce que demain est plus tard. Peut-être trop. Je voulais pas attendre. »


Et tu finis par tourner le visage vers lui. Vos regards croisés entre ses doigts dans tes cheveux bruns. Un peu comme si tu les utilisait pour te cacher de son jugement. Mais pourquoi te jugerait-il maintenant sans l'avoir fait avant ? En t'ayant suivit dans ton mystère, sans raison aucune.

    « Et toi parce que... »


Légère pose. Tu en as déjà trop dit Lipovsky. Tu te dis que tu vas tout gâcher. Avec ton trop vrai. Mais tu ne mens pas tant que ça, on le sait. On le sait bien, Lipovsky. Que tu es trop franche. Coupante comme du verre. Et que tes seuls mensonges sont anodins et sans la moindre importance.

    « ...je t'apprécie. »


C'était ça ou Tu me plait. Mais tu ne voulais pas voir ses chevilles enflées. Il fallait que tu ramènes toujours tout à toi. Il fallait que ce soit Je. Pas Tu C'était bien ça. Ce à quoi l'on s'entendait. Que tu parles de toi. Toi avant tout le monde.

Et tu finis par te tourner complètement. T'allongeant sur le côté. Oubliant les étoiles accrochées au plafond pour essayer de chercher celles dans ses yeux.



_________________




« The mirror's image, it tells me it's home time, but I'm not finished, 'cause you're not by my side.
Somewhere darker, talking the same shite, I need a partner, well are you out tonight ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dexter W. Chessmann

Zénith


Messages : 64
Date d'inscription : 03/01/2014

Carte Etudiant
Statut sur le forum: Actif
Don: Macabre Marionettes
Nombre de points: 43

MessageSujet: Re: Look at the stars in this closed house { Dexter   Dim 20 Juil - 23:38


Tu gardes ta main dans tes cheveux car elle ne bouge pas. Tu ne peux pas dire qu’elle ne réagit pas à ton geste mais en tout cas tu n’en vois rien. Au moins tu es moins gêné et tu te permets même de jouer légèrement avec ses mèches. Tu ne sais pas trop pourquoi. Juste par envie. Juste par ce que finalement tu fuis autant que tu quémande son contacte.

« Ce matin parce que demain est plus tard. Peut-être trop. Je voulais pas attendre. »

Ses mots restent comme suspendus dans l’air étoilé et tu ne dis rien. Tu réfléchis juste à ses mots, cherchant, peut être, quelque chose d’autre à en tirer que leur signification première. Comme ti tu espérais plus. Enfin ça n’est plus des comme si car tu espères plus. Un quelque chose qui te confirme que plus rien ne tourne rond, plus rien sauf la terre. Et encore.

Tu ne sais plus trop comment tu en es arrivé là. Comment de rien tu en es arrivé à espérer quelque chose de la fille dont tout le monde médit quel que soit leur sexe. Pour les un c’est un bon coup, un coup facile, un beau petit cul, des jambes ouvertes, c’est Open Bar mais avec sélection à l’entrée quand même. Pour les autres c’est la trainée qui s’est même tapé leur petit ami, la pétasse troc maquillé, la catin, la fille bonne à faire les trottoir. S’ils voyaient cette scène ils te riraient au nez disant que tu t’es bien fait avoir ou alors que tu prends tes fantasmes pour la réalité. Qu’une fille comme ça, ça s’intéresse à toi qu’une seule fois et qu’encore tu as eu de la chance. Comment as-tu pu arriver à espérer autre chose que ce que tu as déjà eu ? On t’a bien fait comprendre que tu n’aurais rien d’autre.

Pourtant elle est là, à tes cotés, ce matin ou peut être cette nuit, ses cheveux dans ta main. Et son visage qui se tourne vers toi. Ses yeux qui accrochent les tiens furtivement à travers tes doigts. Une espèce de sourire envahis tes yeux mais ta bouche reste droite.

Ses nouveaux mots viennent se poser contre tes oreilles. Alors tu pourrais rêver ? Ca serait trop pour un mec comme toi, une fille comme ça ? Par ce qu’elle est en tord pour être une pute, par ce que tu l’es pour être banal et sans intérêt. Pourtant malgré tout ce sont ces mots qui se posent sur toi, pour toi. Et personne ne pourrait dire le contraire, personne ne pourrait nier.

Elle se tourne tout entière vers toi et maintenant ses cheveux ne sont plus assez pour toi. D’un geste automatique tu étends le bras et la ramène contre toi. Tu l’enlace doucement contre toi et pose ton menton sur son épaule. Tu gardes le silence, c’est un peu ta marque de fabrique. Ta respiration un peu plus rapide, ton buste brulant et tes yeux clos cherchent à se calmer. Tu recules un peu pour lui murmurer à l’oreille un seul mot.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre S. Lipovsky

Zénith Déléguée


Messages : 138
Date d'inscription : 19/12/2013

Carte Etudiant
Statut sur le forum: Actif
Don: Pulsion & Sentiments
Nombre de points: 142

MessageSujet: Re: Look at the stars in this closed house { Dexter   Lun 21 Juil - 20:37



Il te tire, t'attires contre son corps. Et tu restes dans ses bras. Vos visages entrecroisés. Tu sens les battements de son coeur dans tout ton être. C'est souvent dérangeant. Cette façon de toujours, trop et indiscrètement ressentir ce que les choses au fond de leurs corps. Alors tu te contentes de respirer. Et pendant un instant tu ne penses plus au moment, à lui, au ciel. Juste un instant tu fait ton égoïste et essaie de mettre ton don en sommeil.

Pour que ce moment soit vraiment le votre.

Ton bras vient se poser au creux de sa hanche. Juste pour te rapprocher un peu plus. Et c'est étrange. Parce que même si c'est Chessmann, ce n'est pas comme d'habitude. Ce n'est pas comme avec les autres garçons. Tu n'as aucun désir viscéral de le déshabiller. Pas une envie dévorante de l'achever. Il n'y a rien d'un peu mauvais, d'un peu malsain pendant cet instant. Il n'y a rien qui ressemble à Lipovsky. Il n'y a que des choses qui te ressemblent vraiment. Toi la fille en jean trop large et sans maquillage.

Tes doigts se serrent une demie seconde. Puis tu le lâche aussi rapidement. Respire dans son dos.

    « Merci. »


De ne pas être parti. De me prendre dans ses bras. De ne pas me juger. De juste être là. C'était pas dit. Juste soupiré entre deux de tes respirations. Comme le temps infini.




_________________




« The mirror's image, it tells me it's home time, but I'm not finished, 'cause you're not by my side.
Somewhere darker, talking the same shite, I need a partner, well are you out tonight ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dexter W. Chessmann

Zénith


Messages : 64
Date d'inscription : 03/01/2014

Carte Etudiant
Statut sur le forum: Actif
Don: Macabre Marionettes
Nombre de points: 43

MessageSujet: Re: Look at the stars in this closed house { Dexter   Mar 22 Juil - 10:19


A ta grande surprise elle ne bouge pas, elle ne tente pas de s’éloigner. Son bras vient se poser sur ta hanche quelques instants qui paraissent de longues minutes. Il n’y a que le silence pour vous bercer. C’est inhabituel, mais au fond, comment parler d’habitude ? Tu l’évites depuis un bon moment déjà. Comme si elle était en tord, comme si ça avait été sa faute. Comme si tu regrettais cette nuit. Mais il n’en est rien. Tu t’es puni comme tu l’as punie, par pur égoïsme. Par peur de toi mais aussi par peur d’elle, par peur que ça recommence, encore.

« Merci. »

Ses mots, ceux que tu aimerais dire aussi. Mais merci de quoi ? La Cassandre tout simple, sans maquillage et sans artifices t’effraie encore plus que celle qui se torture chaque matin à coup de fond de teint et de brosse à cheveux. Par ce que malgré sa vulnérabilité bien visible elle n’en demeure pas moins imposante. Imposante dans sa peur et dans sa fragilité.

Tu ressers un peu plus ton étreinte. Ton cœur s’est calmé même si la chaleur qui envahit ton torse reste présente. Tu hésites un instant, reculant à nouveau le visage pour pouvoir la regarder droit dans les yeux. Ta mains gauche se rapproche de son visage, en dégage les cheveux qui le couvrent. Une demi-seconde d’hésitation, une de trop. Pourtant tu t’avances doucement pour rencontrer ses lèvres. Avec douceur, sans aucune autre pensée. D’ailleurs ta tête se vide peu à peu, il ne reste que ce contact entre vos bouches et votre étreinte. Tu ne sais pas encore si tu regretteras ce geste. Peut être. Mais pour le moment rien d’autre n’importe.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Cassandre S. Lipovsky

Zénith Déléguée


Messages : 138
Date d'inscription : 19/12/2013

Carte Etudiant
Statut sur le forum: Actif
Don: Pulsion & Sentiments
Nombre de points: 142

MessageSujet: Re: Look at the stars in this closed house { Dexter   Lun 28 Juil - 18:11



Cassandre, Cassandre. Tu sens ses lèvres sur les tiennes alors que tu fermes tes paupières. Juste un instant. Le temps de rien le temps de tout. Et puis tu t'éloignes. Pas trop. Pour que vos corps se touchent, s'enserrent, mais plus vos bouches. Et tu ouvres tes yeux topaze. Explorer son visage. Tu ne sais plus trop quoi dire ou quoi faire. Tu ne pensais, voulais pas que ça se passe comme ça. Parce que même si ce baiser était innocent, il existait.

Et un baiser n'est jamais simple.

Tu ne dis absolument rien. Tu reste immobile. Comme si tu pouvais suspendre le temps. Qu'est ce que tu aimerais suspendre le temps. Les choses seraient bien plus simples. Les choses seraient magique. Et tu aurais le temps de réfléchir aux conséquences de tes actes. Tu pourrais te poser des questions plutôt que d'agir, de foncer. Tu pourrais ne plus être cette fille stupide qui simplement fait puis regrette. Comme un goût amer.

Tu.
Es.
Perdue.

Une de tes mains passe dans ses cheveux. Pourquoi ne pas simplifier les choses entre vous ? Pourquoi aviez vous commencer à vous tourner autour puis vous éviter ? Pourquoi ne pas simplement être vous même. Comme maintenant. Tout le temps. Ou pourquoi ne pas vous donner des rendez-vous secret. Vous créer un monde où vous seuls pourriez exister.

Mais tu restes immobile.
Juste ton pouce caresse ses lèvres.
Comme un peu amoureuse.

Il y a ton rire au coin des yeux. Celui d'une adolescente qui embrasse son premier garçon. Un peu timide un peu heureux. Surtout nerveux. Qui aurait pu imaginer. Que Chessmann et toi soyez si fragiles dans les bras l'un de l'autre ? Lui si sobre, si silencieux. Toi tellement tape à l’œil et bruyante.

Même pas toi.
Jamais plus de quelques heures ou d'une nuit.




_________________




« The mirror's image, it tells me it's home time, but I'm not finished, 'cause you're not by my side.
Somewhere darker, talking the same shite, I need a partner, well are you out tonight ? »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Dexter W. Chessmann

Zénith


Messages : 64
Date d'inscription : 03/01/2014

Carte Etudiant
Statut sur le forum: Actif
Don: Macabre Marionettes
Nombre de points: 43

MessageSujet: Re: Look at the stars in this closed house { Dexter   Jeu 25 Sep - 23:04



Lugubre. C’est toi, à l’instant. Ta tête s’est vidée pour ne laisser que les pensées primaires y flotter. Le plaisir, celui que tu viens de t’autoriser en embrassant la jeune fille sans crier gare, sans réfléchir ou tenter de t’en empêcher ; le regret car maintenant tu es plus vulnérable que jamais, car maintenant que faire puisque tu as chamboulé toutes les sécurités qui te maintenaient hors de tout sentiment ; la honte, enfin, car comment lui cacher désormais ce que tu ressens, aussi maigre qu’est cette émotion ?

Elle se recule et tu reprends enfin ton souffle, ta tête et ton esprit. Tu laisses ses mains vagabonder dans tes cheveux, son pouce dessiner tes lèvres. Tu baisse les yeux, autorisant les siens à te crever de leur couleur invraisemblable. Pour un peu tu pleurerais ta bêtise et sa bonté. Mais tu ne t’y autorise pas. Pas maintenant.

Tu as l’impression de tout vivre à l’envers. C’est votre premier rendez-vous qui arrive en dernier car tu ne sais rien faire dans l’ordre, comme toujours. De l’excès vers la modération, et jamais dans le sens inverse. C’est le poison de ta vie qui se déverse dans toutes tes relations qui t’importent ne serait-ce qu’un peu, et ce, tout le monde le sait, calqué sur le model de ta relation avec Drago.

Tu soupires. Même dans les moments les plus intimes, les plus perdus, elle est là, tapie dans l’ombre au détour d’un mot. Même dans l’intimité la plus totale elle sait se frayer un chemin. Tu ressers ton étreinte sur Cassandre pour la chasser, ne serait-ce qu’un instant. Elle te hante. Tu la repousse un peu plus, passant une main sur la joue de la jeune fille que tu tiens si serrées contre ton corps. Tes yeux se vengent en la dévorant. Tu veux vaincre cette fois et être heureux un instant juste pour toi.

-Désolé.

Le mot s’échappe mais se fait petit car il sait qu’il est de trop. Tu t’excuse de tes gestes, de tes pensées même si elle ne les entend pas. D’être là, surtout, le corps abrutit par la dégringolade de ton esprit.


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Look at the stars in this closed house { Dexter   

Revenir en haut Aller en bas
 

Look at the stars in this closed house { Dexter

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ki manti sa -a ???- Rapport de Freedom House /sujet fusionne
» Young Haitian MD named White House fellow
» Dallas' Stars
» Dalas Stars signature
» Mini campagne Stars Wars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Verbum Pretium ::  :: Manoir :: Combles :: Salle Imaginaire-