AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Normal day for a normal life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Heath J. Andersen

avatarCrépuscule


Messages : 54
Date d'inscription : 21/12/2013

Carte Etudiant
Statut sur le forum: Actif
Don: Copie de don
Nombre de points: 112

MessageSujet: Normal day for a normal life   Lun 23 Déc - 21:29




Il faisait un peu froid. Pas trop. Juste assez pour que tu souffle dans ton pull à la façon d'une gamine en fin de collège. Tu tenais la laine verte, serrée dans tes doigts, à t'en faire blanchir les articulations, avant de tout relâcher d'un coup. La cabane avait été décorée avec des guirlandes lumineuses, quelques branches de houx. Tout faisait très noël en cette période de fête. Vous arriviez enfin à la dernière semaine de cours. Et ça devenait une corvée d'y aller. Et en ce dimanche soir, tu ne pensais qu'à une chose : A quel point cette semaine allait être longue et épuisante.

Tu te laissas tombé sur une chaise, te balançant légèrement alors que tu avais croisé tes pieds. Plus qu'une pipe entre les lèvres et des cheveux gris, tu aurais été un vrai stéréotype de vieux papy. Avec ton pull et ses flocons de neige. Qu'importe. Tu ouvris le livre que tu avais trimbalé jusque ici, commençant à chercher la page à laquelle tu t'étais arrêter. En réalité, tu te demandais encore pourquoi tu n'étais pas plutôt aller dans le chaud de ta chambre.

Et tu eu très rapidement la réponse. L'ambiance. Les quelques courageux qui étaient dans ce repère te mettaient à l'aide. Deux étaient devant la fenêtre en train de se griller une clope. Trois autres étaient assis sur les planches à se faire un jeu de La Bonne Paye, alors qu'une poignée, comme toi, étaient dans leur coin, livres dans les mains ou musique dans les oreilles. Il y avait cette présence calme, ce côté vivant. Surtout avec ces deux là qui arrivaient, bouteilles de vodka et de jus de pomme à la main. Décidément, eux n'avaient pas epur de cette dernière semaine avant noël.

Tu te plongeas dans ta lecture. Jusqu'à ce qu'une cinquantaine de page plus tard, quelqu'un arrive de nouveau, alors que les deux fumeurs rentrez dans leur chambre, s'armant de leurs téléphones portables en guise de lampes torches, et les joueurs démarrant un monopoly. Il allaient donc s'éterniser ici.

Cette personne qui arrivait, tu la connaissait. A sa voix. A sa façon de crier ton nom à peine avait il monté la dernière marche, tu savais que c'était lui. Aaron. Colocataire depuis deux semaines. Et tu l'appréciait pour deux raisons. La première, c'est que vous pouviez parler de jeux, de futile et de rien d'important, ce qui était extrêmement vital pour toi. La seconde raison était que du coup, Yugito déversait de son affection sur ce nouveau venu, ce qui mine de rien, te soulageait vraiment. Toi qui aimait avoir tes distances avec les gens.

Alors qu'il s'approchait, tu lui tendis ta main pour le saluer, dans laquelle il frappa tout naturellement, te redressant en même temps, faisant un signe de la tête indiquant le fond de la pièce.

    « On va s'caler sur les poufs ? »


Une question qui n'attendait pas vraiment de réponse, puisque tu prenais déjà, la route vers ces merveilles dans lesquelles les gens aimaient ne faire qu'un. Tu te laissa, encore, tombé dans l'un d'eux, posant ton livre sur le sol.

    « T'as passé un bon week-end ? »


Il était dix-neuf heures un dimanche soir. Tu en avais profité pour te baladé dans Lausanne. Hadrien était passé. Et tu avais fait un simple crochet dans la chambre poser ton sac avant de partir avec un bouquin t'installer ici. Alors tu prenais des nouvelles. Parce que c'est ce que les gens normaux font quand ils n'ont pas vus leurs colloc' de deux jours.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Vasilis

avatarCrépuscule


Messages : 55
Date d'inscription : 20/12/2013

Carte Etudiant
Statut sur le forum:
Don:
Nombre de points: 77

MessageSujet: Re: Normal day for a normal life   Mar 24 Déc - 3:41


Stretch myself back into the vibe

Le week-end, cette chose si merveilleuse et pourtant si courte. Le seul moment de la semaine où ton rythme anarchique de sommeil ne posait pas le moindre problème. Tu pouvais t’endormir sur le clavier de ton ordinateur à sept heures du matin pour n’ouvrir les yeux qu’à midi sans que personne ne s’en plaignent, surtout que tes colocataires avaient rapidement compris qu’une bombe nucléaire n’arriverait pas à te réveillait quand tu arrivais ENFIN à trouver le sommeil. Toujours est-il qu’après avoir passé ta matinée tardive –qui tenait plus d’un début d’après midi- les pieds au mur à écouter de la musique enroulé dans ta couette, tu avais finis par trouver le courage de sortir de la chambre pour te balader un peu dehors.

Un casque autour du cou, pour entendre la musique sans te priver de discuter avec le peu de gens qui étaient resté à l’école en ce frais dimanche, il avait erré dans la salle commune sans réel but. Il fallait dire que la plupart des élèves avaient profité du dernier week-end avant Noël pour aller profiter du marché de Noël qui se tenait en ville. Tu n’avais pas besoin d’y aller cette fois-ci étant donné que tu t’étais empressé d’y aller le premier jour pour acheter quelques cadeaux pour ta famille en mangeant un manala. Passer les fêtes loin de chez toi était un peu plus difficile que ce que tu avais prévu mais tu avais finis par te faire à cette idée. L’école n’était pas non plus un endroit désagréable après tout !

Après avoir débloqué une vague connaissance dans sa partie de Persona, tu avais finis par quitter la salle commune pour rejoindre un endroit un peu plus intimiste où tu étais presque certain de retrouver une tête que tu connaissais (plus que celles que tu avais pu croiser jusqu’à maintenant du moins). Enroulant son écharpe autour de son cou jusqu’à ce qu’on ne voit plus le bout de son nez, il rejoignit en petite foulée le bois pour rentrer le plus simplement du monde dans la base secrète des gens de son groupe. Il adorait cet endroit, surtout pour son coté « cabane dans un arbre » comme toute personne normale.

Croisant deux camarades armés des lampes-torches de leur téléphone –pfff amateur-, tu finis par rejoindre la salle, ouvrant la porte avec aussi peu de discrétion qu’à ton habitude. Il ne te fallut pas plus de cinq secondes pour repérer un visage plus que familier, assis sur une chaise avec un pull qui était aussi ringard que de saison. Le rejoignant le plus simplement du monde, tu le gratifias d’un habituel high-five que tu affectionnais tant et qu’il avait finit par assimiler comme un salut de ta part. Les poignées de main, c’était pour les business man et les grands pères de toute façon ! Et puis finalement, sur sa proposition, il ne vous fallut pas longtemps pour vous retrouvez vautré dans les poufs alors que tu tirais sur ton écharpe pour dégager ton visage.

« Ultra-chic ton pull, Heath. » lâchas-tu d’un air railleur sans méchanceté. Il avait vraiment un gout plus que discutable pour ces vêtements mais ca faisait presque partit du personnage.

Andersen était un type vraiment cool. Quand tu t’étais retrouvé dans cette chambre avec ces deux garçons plus vieux que toi, tu avais d’abord eu une légère appréhension. Et puis, assez rapidement, il s’est avéré que vous aviez tous les trois tellement en commun que les choses sont devenues bien plus détendue au sein du trio. Il fallait avouer que votre gout pour les jeux vidéo était un point commun suffisant pour que tout se passe à merveille. Heath était quelqu’un avec qui il était agréable de passer du temps, sans se prendre la tête. Vous ne parliez jamais de choses sérieuses et il n’était pas non plus du genre indiscret. Ca faisait une sorte d’équilibre avec Yugito qui n’était pas un mauvais bougre mais qui était relativement plus envahissant.

L’oreille tendue à la question du brun, tu te laissas glisser dans le pouf dans un profond soupir de lassitude. Ta mine renfrognée laissait le doute mais tu ne tardas à répondre pour autant.

« Trop couuuurt. » marmonnas-tu en tirant sur ton écharpe qui te tenait bien trop chaud à présent. « Je sens que la semaine qui arrive va être tellement longue qu’on va tous mourir d’ennui avant Noël. »

Les bras croisés sur ton écharpe en boule, tu redressas les yeux vers Heath, l’air moins renfrogné pour le reste de ta réponse.

« Mais bon, ca veut aussi dire qu’il ne reste plus qu’une semaine avant les vacances ! »

Et Noël. Tu étais un vrai gamin pour ce genre de chose. Tu adorais Noël. Les repas bien gras, les cadeaux a déballé et les décorations. Ca n’était un secret pour personne, encore moins pour celui qui avait du subir la vue de ton bordel –enfin, ton bureau- et ton lit décoré depuis le début du mois.
Ne tenant pas en place comme à ton habitude, tu te redresses rapidement pour te tourner vers ton camarade, jouant avec ton écharpe dans tes mains.

« Et toi ? T’en as profité pour aller au marché de Noël en ville, non ? J’aurais du te dire de me ramener un manala. » finis-tu par dire d’un air dépité comme si tu venais de réaliser ta propre stupidité. Et en plus, rien que d’en parler, tu avais faim.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verbum-pretium.forumgratuit.fr/t19-aaron-vasilis-paper-an
Heath J. Andersen

avatarCrépuscule


Messages : 54
Date d'inscription : 21/12/2013

Carte Etudiant
Statut sur le forum: Actif
Don: Copie de don
Nombre de points: 112

MessageSujet: Re: Normal day for a normal life   Jeu 26 Déc - 2:09




On parle de ton pull. Ce pull que tu aimes passionnément par son ridicule. Par ces mailles un peu défaites. Alors tu affiches un grand sourire pour répondre à cette "insulte" comme si c'était un des compliments les plus tendre que l'ont t'aie jamais fait. Puis il continue de parler.

Il a cette façon simple, gamine et spontanée de se plaindre. Et ça te fait un peu sourire dans le fond. Parce que tu aimerais bien être aussi naturel que lui. Ne pas te demandé comment réagir. Si les mots sont les bons. Si l'usage veut la chose ou non. Tu aimes sa façon de gesticuler sur le pouf, sans réel désir de bouger. Juste de se mouvoir. D'être actif. Une pile électrique, ce gars là.

Le marché de Noël qu'il évoque n'a été pour toi qu'un prétexte de faire ta vie. D'acheter deux trois choses débiles, comme une assiette décorative que tu n'utiliseras, ni n'accrocheras jamais, avant de la donnée à ton amis comme quoi ce n'était que l'un de tes nombreux achats compulsifs. Vous aviez passé la journée à errer, à ne rien faire d'autre que vous rappeler le bon vieux temps, comme disent les autres. A revivre le monde. A vous sortir du temps pour passer encore plus de moments.

    « Barf. J'y suis passé rapidement... »


Tu hausses les épaules. Joues une des mailles défaites de ton pull tout en continuant de regarder Aaron. Tu ne réponds même pas à sa question sur les manala, parce que même si tu y avais pensé, tu l'aurais sûrement mangé en route. Et puis, ils sont meilleurs quand ils ne datent pas de deux jours.

    « Non, c'était sympas. Et puis, l'an dernier on pouvait sortir que rarement, alors je profite de la ville. »


Des bribes de vie personnelle qui ne le sont pas tant que ça. Parce que tout le monde le sait, qu'à Virtus il fallait plus qu'un bout de papier pour sortir de l'école. Qu'il fallait plus q'un simple oui. Ici, ça te paraissait simple. Et te balader en Suisse te remplissait simplement d’entrain, simple. Parce que même si tu avais presque l'air d'une loque dans cette poire en billes de polyester, tu te sentais bien plus vivant que ce que tu avais pus l'être ces dernières années passées en Allemagne.

    « Enfin. J'ai bien envie qu'il y ai une soirée ici avant les vacances. Histoire de amrquer le coup. On accrocherait des guirlandes de noël un peu partout dans les sous-bois et la cabane, puis on amènerait plein d'alcool. Et ça nous ferait un Noël tous ensembles. Ca peut être sympas, surtout pour ceux qui rentrent pas. »


Tu parles de ça. Parce que c'est vrai. Ca pourrait être sympas. Mais tu es loin d'être un organisateur né. Ou un leader dans l'âme. Tu es plutôt celui qui arrive par hasard à un endroit, passe de groupe en groupe, presque inaperçu. Qui passe un bon moment sans être dans l'ambiance. Toujours trop en recul de son propre corps.

A ne rien dire. A ne rien faire. La vie est simple. Sans question. Ca te fait du bien, dans le fond. ces conversation à demi-superficielles, sans aucun engagement. Tout ce qui te convient. Tu passe ta main dans tes cheveux un peu trop longs, ébouriffes ta tignasse.

    « On m'a parlé de Community comme série. Tu connais ? Enfin, j'veux dire, ça vaut le coup ? »


Des sujets variés. Pour en rien dire. Juste faire du bruit.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Vasilis

avatarCrépuscule


Messages : 55
Date d'inscription : 20/12/2013

Carte Etudiant
Statut sur le forum:
Don:
Nombre de points: 77

MessageSujet: Re: Normal day for a normal life   Jeu 26 Déc - 23:59


Glitter all over the room

Le peu de fois où tu as entendu parler de Virtus, tu avais été bien content de ne pas y avoir été. Vraiment, cette école avait l’air d’avoir été pire qu’un bagne. Tu n’aurais jamais supporté ce genre d’établissement du coup, tu étais bien content d’avoir laissé tes parents décider pour toi la première fois. Lassé de ta position, tu remuas encore un peu avant de finir le nez dans la partie la plus haute du pouf, les yeux levé vers Heath qui te parlait de l’éventualité d’une petite fête avant les vacances. En quelques mots, tes yeux s’étaient pour ainsi dire illuminer. Une fête ! Ca, c’était une sacrée bonne idée ! Rien de mieux que ce genre de truc pour égayer le quotidien d’un pensionnat !

« C’est une idée génial !! Faudrait voir ça avec les autres ! »

Tu adorais lancer des aidé et rassembler les gens. Pour ce qui était des détails de l’organisation, tu étais moins doué mais maintenant qu’on t’avait mis l’idée en tête, tu avais vraiment envie que ce petit rassemblement se fasse. L’air déterminé, tu replongeas le bas de ton visage dans le pouf, les yeux fixés dans le vide en cherchant dans tes souvenirs qui tu pourrais embarquer dans cette idée avec vous. Ca t’occuperait l’esprit de mettre ce truc en place, ca t’éviterait de penser à ce premier noël loin de chez toi, tes parents et Siera.

La pointe de tes chaussures tapaient sans rythme le sol au fil de tes pensées pendant que tu réfléchissais à mi-voix, toujours attentif à ton camarade et à ce qu’il pouvait te dire. C’est comme ça que tu te redressas à nouveau pour te mettre en tailleurs dans le pouf alors qu’il te demandait ton avis sur une série américaine qui avait un succès discret sur le net. Plus discret que d’autre série du moins.

« Hum, j’ai commencé y a pas longtemps. C’est plutôt pas mal mais j’ai encore un peu de mal à accrocher les personnages. »

Il fallait avouer que tu avais dépassé par les finals de plusieurs séries alors tu n’avais pas vraiment regardé beaucoup d’épisode de cette série. L’air pensif, tu fixas un bref instant Heath avant de reprendre en hochant la tête.

« Mais j’pense que ca devrait te plaire. Y a un fond plutôt cool. J’te prêterais mon ordi pour que les regarde un soir si tu veux. » finis-tu par dire en t’étirant dans un petit gémissement, ton épaule craquant avant que tu relâches complètement les bras sur tes genoux. « Mais pas demain, j’ai un event sur RagnarokOnline que je dois absolument pas louper. »

On ne badine pas avec les events en ligne. Enfin, du moins pas avec toi. C’est que tu avais une réputation à tenir tout de même.
Tu regardais d’un air un peu distrait vers le groupe d’accroc au jeux de plateau, observant un pauvre malheureux se faire dépouiller rue de la paix, ton esprit quelques instants avant que tu ne te reconnectes assez brusquement à la réalité, te retournant vers Heath comme frapper d’une évidence.

« Eh mais ! Toi tu vas rentrer chez toi pour Noël ! Va falloir la faire avant que tu sauves, cette soirée ! »

Après tout, c’était son idée alors la faire sans lui, ca serait un peu nul. Et puis, il valait mieux qu’il soit dans les parages parce que tu ne tenais pas du tout l’alcool mais tu avais aussi cette mauvaise manie de ne pas du tout l’assumer -le fait que tu sois encore mineur n'étant en réalité qu'un menu détail-. Enfin, au moins, tu n’avais pas l’alcool triste, c’était toujours ça de pris… Mais si tu pouvais éviter de te retrouver dans la mauvaise chambre, ca t'arrangerait grandement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verbum-pretium.forumgratuit.fr/t19-aaron-vasilis-paper-an
Heath J. Andersen

avatarCrépuscule


Messages : 54
Date d'inscription : 21/12/2013

Carte Etudiant
Statut sur le forum: Actif
Don: Copie de don
Nombre de points: 112

MessageSujet: Re: Normal day for a normal life   Ven 27 Déc - 12:18




Sa façon d’enchaîné, de ne jamais décroché. Sa façon de vivre, en quelque sorte. C'était tout ce que tu rêvait d'être. Et juste d'en avoir conscience, tu avais envie de te pencher en avant au dessus de la porcelaine. Juste un petit peu. Pour évacuer les idées noires qui n'en étaient pas.

Il jongle avec les sujets, et tu hoche la tête quand il te propose de te prêter son ordinateur. Tu en as un, bien sûr. Mais disons le franchement : Tu es une bille. Autant tu t'en sors avec les téléphones et les consoles, voir plutôt très bien, autant sur un PC, si c'est pour autre chose que pour taper un devoir, le mettre sur clef avant de l'imprimer, ou jouer à un jeu déjà installé, tu ne vaux vraiment pas grand choses. Même trouver une info sur Google te prend plusieurs minutes. Heures, dans certains cas.

Mais le grec repart très rapidement sur cette idée de soirée, balancée à la légère. Tu te dis que tu aurais dû savoir, qu'il se prendrait aussi rapidement dans le jeu. Alors tu rigoles, un peu. Cette soirée n'a absolument pas besoin de toi. Vraiment. Rien, personne n'a besoin de toi, en fait. Alors tu passes ta main à l'arrière de ton crâne, laisse s'échapper un « ahah » de ta bouche.

    « Tu sais, si je suis pas là, c'est pas un drame. Et je risque de pouvoir partir seulement pour trois jour. L'école m'a informé que j'abusais un peu trop sur mes sorties... Mais qu'ils ne savaient pas encore, parce que c'était Noël tout de même. »


Et c'était vrai. Depuis ton arrivée à l'école, tu avais passé chacun de tes week-ends, depuis la sonnerie de fin de ton dernier cours au dernier bus que tu pouvais prendre, voir parfois même après, te faisant raccompagné par Hadrien jusqu'au chantier de terre, ou devant appelé le chauffeur dans la nuit de dimanche à lundi. Tu aurais préféré, te comporter normalement, respecter les délais, être moins pressé. Mais Lausanne te plaisait. La Suisse encore plus. Sans parler des quelques fois où tu te permettais de partir à Zurich. Oh, tu avais même demandé plusieurs fois à sortir le mercredi, en vain. Ou d'autres jours. N'importe lesquels. Et quand tu avais fiat ta demande pour le week-end dernier, ils t'avaient bien dit que c'était la dernière fois avant la nouvelle année. Et tu avait légèrement perdu de ton sang froid. Comme quoi c'était noël. Comme quoi une fête de famille, c'est en famille. Alors ils avaient hésité. Vous aviez débattus pendant presque trois quart d'heure avant d'en arriver à ce point. Du vingt-trois au vingt-six, aucun soucis. On verra pour le reste. La, ta vie était un drame. Jusqu'à ce que tu prennes le bus.

    « Et puis au pire des cas, ça peu être une pré-partie pour le nouvel an. J'pense que pas mal de gens vont vouloir le passer ici, puisque la quasi-totalité de leurs relations font partie de ce système d'écoles à don. »


Et ça te rendait dingue. Que la majorité des gens n'aient pas de relations à l'extérieur. Ce que tu comprenais, puisque beaucoup avaient rejoint l'école à treize ou quinze ans. Une majorité d'ailleurs. Et que depuis l'attentat de l'école russe, vous ne pouviez pas quitté l'école plus de quelques heures, pour la ville voisine, pas même pour les vacances d'été.

Mais même. Même si tu n'avais qu'un très bon ami, tu avais d'autre connaissances avec qui tu avais gardé contact, en envoyant des textos une fois de temps en temps, parfois même des lettres. Et les gens entre eux avaient continué de parler de toi. Tu n'avais pas été complètement oublié. Tant mieux. D'ailleurs, tu avais profiter de tes deux semaines de vacances pour renouer avec une partie d'entre eux. Comme si vous ne vous étiez jamais quitté.
Parce que tu es conciliant.

    « Enfin. Envoyer des invitations, c'est pas non plus mon fort, avouons le. »


Ou plutôt tu avais la flemme de réfléchir qui inviter. Le plus simple serait de mettre une affiche ici, avec une feuille à signer en cas de présence anticipée. Un pot de cotisation, aussi. Se décidé si vous invitiez les autres, Aube et Zénith. Si ce serait privatif ou non. Qu'importe, en fait. Tu ne t'en occuperait pas. D'aller acheter l'alcool, de payer, de décorer, pourquoi pas. D'appeler à gauche à droite, c'était hors de question.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Vasilis

avatarCrépuscule


Messages : 55
Date d'inscription : 20/12/2013

Carte Etudiant
Statut sur le forum:
Don:
Nombre de points: 77

MessageSujet: Re: Normal day for a normal life   Sam 28 Déc - 4:47


Don't F*CK with me

Tu haussas les épaules en guise de réponse quand il te fit remarquer que son absence ne serait pas dramatique. C’est vrai qu’en soit, ca n’aurait rien de fatal pour l’événement mais étant donné que ca partait d’une idée à lui, ca serait un peu dommage. Il enchaina rapidement sur les reproches de l’administration quand à ses demandes de sorties, ce qui ne manqua pas de te faire froncer les sourcils. Comment ça, il « absuait ».

« Mais de quoi ils se mêlent franchement ! »

Ta voix avait éclaté, laissant planer un mince silence que ta colère faisait presque légèrement trembler. Ils étaient dans une école, pas dans une prison ! C’était quoi ces gens qui empêchaient les autres de pouvoir voir leur proche. La paume de tes mains écrasaient les billes dans le pouf alors que tu mordais un peu dans ta lèvre, les sourcils toujours froncé de contrarié pendant que le reste de la pièce reprenait le cours de ses activités, l’un des joueur de Monopoly pleurant pour un crédit dans un hôtel rue Vaugirard. Tu grognais presque en ruminant cette décision injuste. Trois jours. Ce n’était vraiment pas beaucoup.

« Essayer de priver les gens de leur famille pour les fêtes, franchement, ils sont carrément pas humain. On n’est pas des machines bordel. »

Tu aurais été Suisse, autorisation ou non, tu serais surement rentré chez toi, du vingt-quatre jusqu’au deux janvier sans le moindre remord. Tu appréciais les gens de cette école mais, ta famille, tes amis en Grèce te manquait énormément. Tu avais gardé le contact, ce qui n’avait rien d’extraordinaire avec internet mais quand même, ca n’était pas pareil. Même à travers Skype, tu ne pouvais pas embêter tes amis comme avant, tu ne pouvais pas rire ou simplement t’assoir en ville pour rester à ne rien dire, juste regardé les étoiles.

Heath repris le sujet de la fête, ce qui apaisa temporairement ta colère alors que tu posais la joue sur ton genoux, l’écoutant tranquillement. Oui, un pré-partie pour le nouvel an était une bonne alternative. Tu avais du mal à comprendre cette idée des relations très étroites impliquées par le système d’école mais ca devait venir du fait que tu n’étais pas encore habitué à ce genre de vie. Tout était si nouveau et même si tu avais fait de bonne rencontre… Ca n’était pas pareil.

« - Enfin. Envoyer des invitations, c'est pas non plus mon fort, avouons le.
- Geeeenre. Moi je suis sûr que t’as quelques noms des personnes indispensables dans ce genre de soirée, des conquêtes ou d’anciennes cavalières.
»

Tu fis presque mine de le pousser un peu du coude d’un air lourd avant de rire pour montrer que c’était une simple plaisanterie, un peu nulle mais on ne peut pas être doué en tout. Ta colère n’était pas complètement dissiper mais tu t’étais malgré calmé avec cette remarque un peu stupide et complètement déplacée. Tirant tes bras devant toi avant de les tendre en l’air pour finir par te laisser tomber dans le pouf, tu lâchas un profond soupir, suivit d’un petit « aie » quand tes mains frappèrent le mur un peu trop près, et puis finalement, tu repris la parole le plus simplement du monde.

« De toute façon, te prend pas la tête avec les détails, j’parlerais de l’idée avec les autres ou on ferra une sorte d’affiche pour voir. C’est parfois marrant quand ca se fait au pied levé ! On se retrouve à monter les marches de l’Odéon en caleçon par exemple… »

Cet exemple était un peu trop précis pour avoir été inventé mais tu t’empressas de reprendre ton sujet pour éviter de t’y attarder. Ca avait été un défis stupide mais au moins, tu avais la « fierté » de l’avoir vraiment fait, pas comme les autres qui s’était dégonflé en court de route. Et puis, c’était un souvenir assez drôle après coup.

« J’pense qu’il vaut mieux qu’tu profites de pouvoir rentrer chez toi. Et puis franchement, envoie les bouler s’ils te prennent encore la tête parce que tu veux aller en ville voir des potes. On est pas en prison après tout merde quoi. »

Et voilà, tu étais à nouveau entrain de grommeler et de bouder dans ton pouf, quand un grand père dont on aurait scié la canne. Mais après tout, c’était important la famille et les amis, plus que tout le reste. Alors, tu avais une bonne raison de râler dans la barbe que tu n’avais pas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verbum-pretium.forumgratuit.fr/t19-aaron-vasilis-paper-an
Heath J. Andersen

avatarCrépuscule


Messages : 54
Date d'inscription : 21/12/2013

Carte Etudiant
Statut sur le forum: Actif
Don: Copie de don
Nombre de points: 112

MessageSujet: Re: Normal day for a normal life   Jeu 2 Jan - 13:15




Certes. Tu étais blasé de ne pas rentrer chez toi. Mais d'un côté ton père qui s'était habitué à ton rythme de vie en Allemagne s'était payé trois semaines à Antigua pour le réveillon. Vous alliez tout de même passer votre Noël ensembles, jusqu'à ce que tu le déposes avec ton eux roues à l'aéroport. Alors vivre dans une maison vide n'était pas non plus un but en soit. C'était par principe que tu râlais. Il y avait toujours quelques personnes avec lesquelles tu aurais apprécier de passer tes quelques heures avant la nouvelle année,  mais soyons honnêtes, ici fonctionnerait tout aussi bien.

Alors qu'Aaron s'excitait tout seul contre ton sort, tu le coupas pour en revenir à cette idée de party. Des invitations. Celui ci ne put s'empêcher une blague un peu vaseuse à laquelle tu hochas très légèrement la tête trois fois. Oui. Ton répertoire était bondé de numéros inutiles. Comme celles qui étaient sorties avec toi parce que tu étais average, et donc dont elle n'avaient pas peur de se prendre un râteau, ou celles qui étaient venues pleurer dans tes bras parce que Julian, Kevin ou André étaient de beaux connards. On t'avais souvent pris pour le pote gay. Ou émasculé. Tu avais, dans ton répertoire. Quelques gars avec qui tu avais passé un nombre incalculable de soir à jouer aux cartes, ceux qui te fournissaient en chips et orangina, ou alors ces gars là,  qui te demandaient de consoler leur ex ou leur future ex. Histoire de faire passer la pilule.  Ou de plus être emmerdé par une geinarde.

Alors oui. Tu avais un nombre de numéros de téléphone impressionnant. Mais aucun transcendant. Il y avait bien quelques gars. Deux ou trois. Tu pensais à Alessa. Qui ne viendrait pas te coller réclamant ton attention, ou Sidonie qui était à prioris pas revenue, qui qui t'aurais carrément abandonné pendant une discussion pour aller pêcho. Il y avait Nikolaï dont tu avais pas mal entendu parler. Quelques fois croisé. Dan. Gentil connard. Mais après,  ça s'arrêtait là. Oh. Et Aniela. Aniela te manquaient. Bizarrement. 

Enfin. Aaron se relance dans pas mal de délires que tu écoutes. Sans un mot. Si il gère les détails,  c'est pas si mal. Il restait simplement à savoir si exceptionnellement vous ouvrirez les portes de votre superbe cabane aux autre groupes. Parce que pour peu qu'un pion passe par là,  c'était fichu. A moins d'avoir une liste tels les videurs. Validée par avance. Parce qu'une ou deux personne, ils formeraient les yeux. Plus, ça devenait compliqué. 

    « Va juste il y avoir ce problème de Cabane exclusive... »

A peine avais tu eu le temps de prononcer ces quelques mots qu'il repartait sur ta situation. Tu soupiras un coup. Tout banalement. 

    « C'est bon. J'ai l'habitude. »

Tu te relevas alors, te dirigeant vers le bord de la fenêtre pour chopper une bouteille d'ice tea que tu apportas en quelques secondes à ta bouche pour te déshydrater avant de retourner t'asseoir près de ton camarade.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aaron Vasilis

avatarCrépuscule


Messages : 55
Date d'inscription : 20/12/2013

Carte Etudiant
Statut sur le forum:
Don:
Nombre de points: 77

MessageSujet: Re: Normal day for a normal life   Mar 21 Jan - 22:18


Let's . P A R T Y I N '

Il ne semblait pas plus contrarié que ça, enfin, pas plus qu’on pouvait l’être par principe, de ne pas pouvoir rester avec sa famille pendant la bonne semaine qui séparait Noël de la nouvelle année. Même lorsqu’après une légère digression sur la fête improvisée, tu étais revenu à la charge, la colère bouillonnant encore dans ton petit cerveau, il t’avait presque coupé dans ton élan chevaleresque défendant cette injustice, avec quelques mots trahissant une sorte de résignation presque volontaire. Alors que tu le regardais s’éloigner pour aller boire du thé glacé, une moue tira tes traits. C’était souvent comme ça avec Heath.

Tu l’appréciais mais il te semblait toujours tellement détaché de tout. Il était là, ce n’était pas comme ces personnes qui font partit du décors qu’on appelle Ralph alors qu’ils s’appellent Ted. Non, il était là, on se souvenait de lui mais c’était comme si lui voyait des Ralph à chaque coin de couloir. Rapidement, tu avais finit par comprendre que c’était sa façon d’être, une sorte d’opportunisme social et ca ne te gênait pas plus que ça, sachant que tu avais une sorte de rapport privilégié étant donné que vous étiez dans la même chambre mais une partie de toi, celle qui faisait toujours cette moue alors qu’il revenait s’assoir avec toi, n’arrivait pas à comprendre. Surement que tu étais un peu trop sentimentale pour ça au final.

Tu restas vautré dans le pouf avec ta moue mi-boudeuse, mi-pensive pendant quelques secondes après son retour avant de te redresser soudainement, dégageant tes cheveux qui te chatouillait le nez en les mettant en désordre. En quelques secondes, tu étais debout, un peu trop vite ce qui manqua te de faire retomber assis, un léger vertige te faisant vaciller dans un mince rire moqueur envers toi-même.

« Wow. Ca tourne la vache ! »

Secouant la tête comme un chiot s’ébroue pour chasser de l’eau de sa fourrure, tu finis par retrouver vite ta stabilité, faisant face de toute ta hauteur (qui n’avait rien à envie à celle de Heath sauf que lui était toujours assis), l’air décidé. Cette soirée, tu t’arrangerais pour qu’elle ait lieu ! Y avait pas de raison ! S’il ne pouvait, ou ne voulait pas plus que ça, passer les fêtes avec sa famille, tu ferais ce qu’il faudrait pour qu’il se mette complètement à l’envers histoire de terminer l’année en beauté.

« Tu sais quoi ? La faire en petit comité, ca serait genre… VRAIMENT trop nul. On va le faire avec tout le monde. Ch’ui sûr que les autres qui viennent de ton ancienne école et de l’autre ont qu’une envie ; c’est d’oublié cette année merdique. Alors moi j’dis, on va faire un truc ultra cool et avec plein de monde de tout les groupes. On aurait qu’à le faire dans la salle commune. S’ils nous cloitrent dans cette école, ils peuvent pas nous empêcher de nous éclater ! AHA !! »

Ton exclamation triomphante avait résonné dans la cabane, faisant sursauter les quelques personnes qui n’avaient pas prêté attention à ton laïus alors que la partie de la bonne paye qui avait commencé pas loin de vous s’était arrêté au début de ta tirade. Le silence qui avait suivit ton plan génial te fit réaliser l’enthousiasme un peu trop enthousiaste dont tu avais fait preuve et qui te fut confirmer quand tu jetas un coup d’œil au reste de la salle avant de retourner t’assoir sur ton pouf, tentant comme tu le pouvais de reprendre contenance. Ne pas faire comme si tu venais de t’afficher devant tout les gens de ton groupe. Tout allait bien. Tout. Allait. Bien.

« Enfin, j’me dis que… voilà. »

Pour savoir quel serait les personnes indispensables à faire venir, tu n’aurais qu’à demander à Yugito. Quand il aurait finit de te sauter dessus avec autant de ferveur que pouvait le faire Siera, il te répondrait surement sur les gens que Heath pouvait fréquenter avant. Et puis, Yugito était plutôt populaire lui aussi d’ailleurs, même si beaucoup de gens le trouvait assez lourd.

Quelque chose te disait que tu n’allais pas écouter grand-chose en cours cette semaine et que tes cours de MD allaient consister à faire des affiches pour cette fête. Autant joindre l’utile à l’agréable après tout ! Tant qu’il s’entrainait, les profs n’auraient rien à dire ! Ce qu’il était pratique ce don quand on y pensait.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://verbum-pretium.forumgratuit.fr/t19-aaron-vasilis-paper-an
Heath J. Andersen

avatarCrépuscule


Messages : 54
Date d'inscription : 21/12/2013

Carte Etudiant
Statut sur le forum: Actif
Don: Copie de don
Nombre de points: 112

MessageSujet: Re: Normal day for a normal life   Mar 4 Fév - 11:19





Pouvait-on être aussi obstiné que Aaron ? Peu probable. Tu le laissais parler, s'emporter. Et c'était dingue, parce que tu avais émit cette petite idée, passagère. Comme quoi des guirlandes rendraient bien sur les arbres. Et là il était lancé. Il était complètement omnibulé par cette idée. Au moins, ça avait me mérite de détourner son attention de ta famille.

Alors qu'il achevait sa tirade dans une exclamation, la moitié de la salle eu un mouvement de sursaut avant de reposer leur attention sur leurs activités respectives. Tu étiras un sourire le mong de ton visage, passant une main à l'arrière de ton crâne. 

Il n'y a pas grand chose à dire de plus. De toutes façons tu ne pouvais plus protester. Trop emballé par son projet. Tu finis par regarder ton téléphone. Juste pour checker l'heure. 

    « tu veux pas on en parle sur me chemin de la chambre ? Commesnce à se faire tard. »

Tu range ton cellulaire dans ta poche, te dirigeant vers la sortie. Il faisait noir. Pas que ce soit rare en hiver. Mais tu voulais essayer de récupérer de ton week end, de t'allonger un brin, juste histoire d'être calé dans ce nouveau chez toi. Et puis comme ça vous mettriez un brin de musique, ou alors une série débile en bruit de fond.
Tu attendais devant l'entrée. Tu le regardais en examinant sa dégaine un peu à l'ouest,  te demandant pourquoi tu l'avais trouvé ici plutôt que devant son ordinateur.

    « Je te laisse organiser tout ça, alors ! »







. :: Sujet Clos :: .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Normal day for a normal life   

Revenir en haut Aller en bas
 

Normal day for a normal life

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» HYE-NA.park _ sometimes i pretend to be normal but it gets boring so i go back to be me
» "Pastèque" et Josh : le mot "normal" n'existe pas
» [Recherche] Safari de type normal.
» Je cherche un pokemon tank de type normal!
» [Monotype NORMAL] Il faut que ça tanke !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Verbum Pretium ::  :: Extérieur :: Bois :: Cabane du Crépuscule-